santé

Les hémorroïdes sans tabou.

Ah les hémorroïdes ! Tout le monde en a entendu parler au moins une fois mais rares sont les personnes qui savent exactement de quoi il s’agit. Plutôt que de parler d’hémorroïdes, on devrait parler de maladie hémorroïdaire parce que les hémorroïdes sont en fait un réseau de vaisseaux sanguins localisé dans l’anus. On parle d’hémorroïdes internes pour les vaisseaux situés au niveau du conduit anal, et d’hémorroïdes externes pour les vaisseaux situés au niveau des plis de l’anus.

Les maladies hémorroïdaires font parties des grandes sources de plaintes en pharmacie. Pourtant le sujet est très mal connu du grand public, voire tabou parce qu’il est situé sur une partie jugée intime.

Cette maladie est très gênante, en plus d’être très douloureuse. Il faut donc bien la connaître, en apprendre un peu plus sur elle afin de pouvoir prendre des précautions pour mieux l’éviter et/ou pour prendre plus au sérieux son traitement.

LES MANIFESTATIONS

La présence de ces vaisseaux sanguins au niveau de l’anus est normale et ce, depuis notre naissance. Ce sont les manifestations anormales des hémorroïdes qui définissent la maladie hémorroïdaire. C’est en fait une dilatation des hémorroïdes pouvant causer des saignements, des démangeaisons et même sortir de l’anus. Cette maladie touche autant l’homme que la femme et peut se manifester de diverses manières.

Lorsque ce sont les hémorroïdes internes qui sont responsables de maladie hémorroïdaire, elles causent des pertes de sang rouge vif, pouvant s’extérioriser parfois lors d’un effort de poussée. Généralement sans douleur, elles doivent être néanmoins prises au sérieux.

En ce qui concerne la maladie hémorroïdaire causée par les hémorroïdes externes, elle est très douloureuse et très inconfortable. C’est en fait un hématome, avec gonflement et sans perte de sang. Ce type de maladie est très fréquent, surtout après l’accouchement et chez les personnes souvent constipés.

LES CAUSES

Les causes des maladies hémorroïdaires ne sont pas précises. Néanmoins, nous pouvons énumérer des facteurs de risque que vous pouvez éviter afin de ne pas être souvent sujet de ces maladies.

– Les troubles du transit : constipation et même la diarrhée.

– La consommation excessive d’alcool, et oui l’alcool est un facteur de risque…

– La sédentarité.

– L’activité physique trop intense : par exemple soulever des objets beaucoup trop lourds.

QUELQUES METHODES DE PREVENTION

Il est très difficile d’affirmer qu’on ne fera jamais un épisode de maladie hémorroïdaire, cependant, il y a certaines pratiques préventives que l’on peut adopter afin de diminuer le risque de contracter cette maladie. Dans mes lectures, j’en ai trouvé quelques-unes qui sont simples à suivre.

– Au niveau de votre alimentation, il faut augmenter votre quantité de fibres en consommant des fruits, des légumes et des céréales. D’après certains chercheurs, il s’agit de la meilleure prévention contre les maladies hémorroïdaires car les fibres permettent de ramollir les selles ce qui facilite leur expulsion; il faut aussi boire beaucoup d’eau et de liquides pendant la journée (lire également sur les biens faits de la cure d’eau); il faut également aménager sont temps afin de prendre le petit déjeuner.

– Pratiquer une activité physique régulière (lire également cet article) : un jogging de 20min par jour est suffisant.

– Éviter d’être trop longtemps assis(e) ou trop longtemps debout. Je l’ai dis dans ma vidéo de présentation du blog, vous vous en souvenez ? Lol…

– Aller fréquemment à la selle, c’est-à-dire de ne pas retarder le moment si l’envie vous prend. Quand on attend trop longtemps, les selles s’assèchent  et deviennent dures ce qui rend plus difficile leur expulsion. Éviter également de rester longtemps sur le siège des toilettes car cette position favorise la dilatation des vaisseaux sanguins de l’anus.

Résumé sur les maladies hémorroïdaires

Tous ceux ayant souffert de maladie hémorroïdaire témoigneront à quel point cela est gênant dans l’exécution de leur activités quotidiennes. Ils vous diront également que lorsqu’on parle de maladie hémorroïdaire, mieux vaut prévenir que guérir. Cependant, il faut préciser que tous problèmes localisés au niveau anal ne sont pas forcément des maladies hémorroïdaires. Il est important de se diriger vers un médecin traitant pour une meilleure prise en charge car le traitement, qu’il soit local ou générale, reste délicat.

Le traitement néanmoins est généralement composé d’un anti-inflammatoire (servant à réduire l’inflammation et favoriser la réparation des tissus) et un anesthésiant (permettant de bloquer la douleur).

Les maladies hémorroïdaires sont généralement sans complications majeures et faciles à traiter. Cependant il faut toujours ouvrir l’œil et les prendre au sérieux car elles altèrent de manière significative notre qualité de vie.